Charlotte Soulary, 35 ans, Bruxelles

Militante féministe, j’ai été responsable de plusieurs associations et porté diverses campagnes, en particulier pour le droit à l’avortement et contre les violences sexistes et sexuelles. En 2016, j’ai cofondé le collectif Chair collaboratrice pour dénoncer le sexisme, le harcèlement et les violences sexuelles en politique. En 2017, j’ai fondé l’association La guide de voyage, qui s’engage dans la promotion du matrimoine en fournissant aux voyageuses et voyageurs les outils pour découvrir l’apport des femmes au patrimoine et à la société. J’ai publié en 2018 le livre La Guide de voyage Paris.   

Mon parcours professionnel est international. Investie depuis douze ans avec des ONG de solidarité internationale, j’ai vécu sur plusieurs continents et me suis battue contre les politiques commerciales néfastes, pour le financement des services publics, pour des politiques de développement centrées sur la justice sociale, l’égalité et le respect des droits de toutes et tous. Basée à Bruxelles, je travaille désormais pour une coalition mondiale pour les produits contraceptifs dont je coordonne le réseau européen.

Engagée à EELV depuis 2014, j’avais auparavant été membre de la coopérative plusieurs années pour « observer », car, même si j’en partageai pleinement le projet de société, j’avais besoin d’être convaincue, ayant une piètre image des partis politiques. J’ai été convaincue que c’est un espace qui, bien qu’imparfait, permet de penser le changement nécessaire face à l’urgence écologique et le mettre en pratique à tous les échelons, dans tous les territoires. Actuellement membre du Conseil fédéral, j’ai été secrétaire départementale à Paris et responsable de la commission féminisme, où j’ai contribué notamment à la mise en place du dispositif interne de lutte contre le harcèlement sexuel. De ces mandats, j’ai retiré la conviction que nous devons sans relâche avancer en appliquant à nous-même ce que nous voulons voir dans la société. Notre projet d’une société sobre, résiliente, juste, inclusive et solidaire, nous devons en être le reflet.

En partant de son expérience de terrain, notre parti doit se préparer à mener enfin notre pays entier sur la route d’une transformation radicale. Pour ce faire, il doit grandir et rassembler. Grandir dans ses pratiques militantes, et je souhaite y contribuer comme référente égalité femmes-hommes au sein du bureau exécutif. Rassembler par sa crédibilité et sa capacité, enfin. Je propose d’y apporter ma pierre en particulier sur le volet européen et international, en portant une délégation qui renforcera notre ancrage dans le parti vert européen et les Global greens, développera nos liens avec la société civile engagée hors de nos frontières, et musclera notre projet européen et international.